lundi, 06 février 2012

Chevaux de glace ! (suite)

La fontaine Bartholdi continue à fonctionner, malgré la glace qui l'étreint !

Bartholdi-Ice-6.jpg

(6 février à 17:07)

18:10 Écrit par kl loth dans art public, de visu, formes & couleurs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fontaine, bartholdi, fontaine bartholdi, glace, eau, gel, place des terreaux, froid |

samedi, 04 février 2012

Chevaux de glace !

Malgré cette vague de froid prononcé qui sévit actuellement la fontaine Bartholdi de la place des Terreaux à Lyon est toujours en eau. Le spectacle est saisissant !

Je crains que cela ne risque d'endommager la fontaine, pour laquelle une restauration/réparation est plus que nécessaire, mais prévue en 2014 seulement dans le cadre des travaux de réfection de la place conçue par Daniel Buren et Christian Drevet, urgentissimes !

Cf. mon billet de 2008, ainsi que ces informations sur le site des grands projets urbains à Lyon.

fontaine,Bartholdi,fontaine Bartholdi,glace,eau,gel,place des Terreaux,froid

fontaine,Bartholdi,fontaine Bartholdi,glace,eau,gel,place des Terreaux,froid

fontaine,bartholdi,fontaine bartholdi,glace,eau,gel,place des terreaux,froid

fontaine,Bartholdi,fontaine Bartholdi,glace,froid,gel,eau

fontaine,Bartholdi,fontaine Bartholdi,glace,eau,gel,place des Terreaux,froid

© kl loth 2012

01:30 Écrit par kl loth dans art public, de visu, formes & couleurs | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : fontaine, bartholdi, fontaine bartholdi, glace, eau, gel, place des terreaux, froid |

dimanche, 21 août 2011

Plaire ? (Daniel Buren)

"L'art n'a pas pour vocation première de plaire, même s'il est public." (Daniel Buren)

("Daniel Buren rêve d'aménager vos appartements", propos de Daniel BUREN recueillis par Claire BALDEWYNS et Jean-Louis PRADEL, L'Événement du jeudi n° 125, 26 mars au 1er avril 1987, pp. 106-107)

22:41 Écrit par kl loth dans art public, au fil des lectures, rôle et place de l'art | Lien permanent | Commentaires (11) |

Tout droit !

Ça fait longtemps que je n'avais pas publié de photo du cône de chantier géant de Lilian Bourgeat, œuvre d'art public du campus de La Doua à Lyon-Villeurbanne. Alors… voilà !

art public,1% artistique,art contemporain,art,sculpture,lilian bourgeat,cône de chantier,cône de lübeck

photo © kl loth 2011

mardi, 16 août 2011

Vénus et Apollon

Il y a tant à voir dans un lieu qu'on découvre, que malgré un bon sens de l'observation, on ne capte parfois pas tout !

Je n'avais pas eu l'occasion de revoir Saint-Étienne depuis trois ans… Repassant place Jean-Jaurès où j'avais photographié une sculpture représentant un nu de femme que dédaignaient les quelques hommes assis sur le socle, j'eus la surprise de m'apercevoir que je n'avais absolument pas vu une sculpture disposée en parallèle, représentant un nu masculin !

Pourtant les deux statues forment un ensemble intitulé "Apollon et Vénus". Voici ce qu'en dit le site forez-info :

"Tous les Stéphanois connaissent les deux statues nues et couchées aux abords de la place Jean Jaurès dos à la cathédrale. Mais savez-vous qu’elles furent réalisées par l’artiste Paul Belmondo, le père de l’acteur Jean-Paul Belmondo ? Posées en 1951, elles firent scandale car la Vénus et l’Apollon aux attitudes lascives évoquent un couple après leurs ébats amoureux."
(FI, "Sculptures et statues de Saint-Étienne", forez-info.com, consulté le 12/08/11)

Ah la la !

Certes, quand on voit la photoque j'avais prise de "Vénus", on comprend mieux pourquoi je n'avais pas vu "Apollon", que le platane occultait complètement, enfin… j'essaie de me trouver des excuses !

sculpture,art public,venus,apollon,nu,nudité,art,paul belmondo,art public,place,amour

sculpture,art public,venus,apollon,nu,nudité,art,paul belmondo,art public,place,amour

Une vue rapprochée donne à voir une "customisation" par la population. Ouais, bof ! Dommage…

sculpture,art public,venus,apollon,nu,nudité,art,paul belmondo,art public,place,amour

sculpture,art public,venus,apollon,nu,nudité,art,paul belmondo,art public,place,amour

sculpture,art public,venus,apollon,nu,nudité,art,paul belmondo,art public,place,amour

© kl loth 2011

01:35 Écrit par kl loth dans art public, love | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sculpture, art public, venus, apollon, nu, nudité, art, paul belmondo, place, amour |

lundi, 15 août 2011

Pigeon vole (pas)

Sur la place Chavanelle à Saint-Étienne, un attroupement de pigeons… Quelque chose étonne : ils sont immobiles et silencieux.

C'est en fait une œuvre d'art public, commandée par la Ville de Saint-Étienne aux artistes Maxime Bourgeaux et Ghyslain Bertholon (oui, l'auteur de l'incroyable Deupatozaurus, que vous avez pu déjà admirer sur Daily Life).
Intitulée « "r" du large », elle a été installée en 2006.

(Bon… elle est pas du goût de tout le monde… MDR)

Cette œuvre a en fait été inspirée par le drame des décès de personnes âgées lors de la canicule de 2003, elle serait une évocation de l'isolement des plus fragiles parmi la foule urbaine.
"Trop souvent, la foule des habitants de nos villes se croise et s'ignore. L'autre dérange, quand il ne fait pas peur. "r" du large reprend, de manière allégorique, ces problématiques et aborde la notion du respect de l'espace personnel dans l'espace public. La foule n'est plus alors pensée comme une entité homogène mais comme la somme d'individualités (où comment se sentir seul au milieu des autres)."
(GB, in Ghislain Bertholon. Diachromes Synchromes et poézies, catalogue édité par la galerie Georges Verney-Carron à l'occasion de Docks Art Fair 2007, Lyon, p. 34)

Je précise que, alors que l'ensemble des pigeons sont en fonte métallisée zinc, un seul d'entre eux est métallisé bronze. Actuellement quelques uns des pigeons ont été barbouillés de peinture, ce qui brouille le message que l'artiste voudrait communiquer (le rapport de l'un à la foule).

art public,sculpture,place,ville,art,art contemporain,bertholon,bourgeaux,pigeon

art public,sculpture,place,ville,art,art contemporain,bertholon,bourgeaux,pigeon

art public,sculpture,place,ville,art,art contemporain,bertholon,bourgeaux,pigeon

billet et photos © kl loth 2011

02:40 Écrit par kl loth dans art public | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : art public, sculpture, place, ville, art, art contemporain, bertholon, bourgeaux, pigeon |

jeudi, 26 mai 2011

À bras ouverts !

Il y a fête sur le campus, "Les 24 heures de l'INSA", ce weekend du 20 au 22 mai ! Et l'œuvre de Lilian Bourgeat, reproduction surdimensionnée d'un cône de chantier, réalisée pour la bibliothèque Marie Curie, se voit agrémentée d'une silhouette aux bras ouverts.
Cela rappelle un petit peu les graffs de Jérôme Mesnager, ou encore les "Anthropométries" d'Yves Klein, mais vraiment de très loin, tant la réalisation est bâclée…

cône de chantier,cône de lübeck,signalisation,vie étudiante,graff,graffiti,silhouette,street art,streetart,vandalisme

cône de chantier,cône de lübeck,signalisation,vie étudiante,graff,graffiti,silhouette,street art,streetart,vandalisme

photos © kl loth 2011

mercredi, 04 mai 2011

Clean…

Le graff "apocalyptique" qui avait été apposé sur la sculpture / cône de chantier surdimensionné de Lilian Bourgeat à La Doua à Lyon / Villeurbanne, est désormais recouvert par de la peinture blanche.
Le travail n'est guère soigné. Un scotch orange subsiste qui délimite la bande blanche. Y aura-t-il une deuxième couche pour parachever la restauration ?
Et qu'en est-il de la peinture choisie… la bande blanche originale est en fait réfléchissante. Tiens, il faudrait que j'aille voir ce que cela donne la nuit, au flash…

cône de chantier,cône de lübeck,sculpture,art contemporain,art public,vandalisme

cône de chantier,cône de lübeck,sculpture,art contemporain,art public,vandalisme

© kl loth 2011

vendredi, 22 avril 2011

Cône catastrophe !

Daily Life suit et tente d'épuiser une œuvre d'art public, le Cône de chantier de Lilian Bourgeat, installée depuis juin 2010 sur le campus de la Doua à Lyon-Villeurbanne.
Pourquoi le choix de cette œuvre ? Parce que c'est l'une des plus proches de mon domicile, et parce que je l'ai repérée dès son installation.
Aujourd'hui… surprise !

cône de chantier,cône de lübeck,graff,graffiti,nucléaire,fin du monde

Ce graff qui fait penser au célèbre tableau d'Edvard Munch, Le Cri, représente à la fois une tête de mort et le sigle de la radioactivité.
Nul doute qu'il y a un lien avec la récente catastrophe nucléaire en cours au Japon à Fukushima.
La date apposée intrigue, située dans le futur. Quelques recherches sur internet permettent de comprendre qu'il s'agit d'une des interprétations de la date de la "fin du monde", selon le calendrier maya (le 28/10/11 et non le 21/12/12).
C'est à dessein que je ne fournis pas de lien vers un quelconque site évoquant cette hypothèse, tant les propos qui y sont tenus sont délirants : passage vers un ailleurs pour ceux qui auront fait un travail sur eux-mêmes etc.
Certes, depuis la bombe atomique, et les explosions meurtrières d'Hiroshima et Nagasaki, l'humanité a les moyens de se détruire, accidentellement ou non. Et la catastrophe de Fukushima nous le rappelle une fois encore. La fin du monde pourrait effectivement se produire en 2011 ou 2012. Mais ce ne serait pas l'effet d'une prédiction quelle qu'elle soit.

N'oublions pas que le pire peut toujours arriver, mais il n'est jamais certain !

© kl loth 2011

samedi, 19 février 2011

La cinquième roue du Carrosse (autour de Xavier Veilhan)

À Metz aussi il y a une roue, un peu plus petite qu'à Lyon certes, mais avec des nacelles très kitschy…

carrose,veilhan,scultpure,art contemporain,art public,grande roue

carrose,veilhan,scultpure,art contemporain,art public,grande roue


 

Et toujours sur la place de la République, est installée une monumentale sculpture de Xavier Veilhan, Le Carrosse (2009), œuvre précédemment exposée dans la cour du château de Versailles.

La sculpture est très formaliste, esthétique, mêlant clin d'œil au passé, et techniques contemporaines (métal plié façon origami, conception en 3D). Elle est à Metz confrontée à l'architecture classique, militaire, à l'Esplanade et à sa vue dégagée… Surélevée sur une structure métallique, on peut, en contre-plongée, imaginer que les chevaux décollent vers les cieux.

L'installation de l'œuvre, prêtée provisoirement par le Centre national des Arts plastiques (CNAP), a néanmoins coûté beaucoup d'argent à la Ville (malgré un co-financement par Véolia) : le total s'élèverait à 90.000 €uros.

carrose,veilhan,scultpure,art contemporain,art public,grande roue

carrose,veilhan,scultpure,art contemporain,art public,grande roue

carrose,veilhan,scultpure,art contemporain,art public,grande roue

carrose,veilhan,scultpure,art contemporain,art public,grande roue

carrose,veilhan,scultpure,art contemporain,art public,grande roue

carrose,veilhan,scultpure,art contemporain,art public,grande roue

carrose,veilhan,scultpure,art contemporain,art public,grande roue

Vu le 08/01/2011
© kl loth 2011

"L’œuvre proposée mesure 15 mètres de long pour un poids de 2,5 tonnes et serait installée sur la place de la République sur un socle d’une hauteur de 2 mètres, sous surveillance vidéo pour la préserver des dégradations.
Le coût estimatif de cette installation s’élève à 90 000 euros comprenant la prise en charge de l’étude, la réalisation et la mise en place du socle et de l’œuvre ainsi que son transport jusqu’à Metz. La société VEOLIA souhaite soutenir la Ville pour ce prêt et lui apportera en tant que partenaire 35 000 euros pour cette installation.
L’intérêt d’accueillir à Metz une œuvre de Xavier VEILHAN, artiste internationalement reconnu pour ses qualités créatives et plastiques, ne peut que conforter le rayonnement de Metz en matière d’installation d’œuvres imaginées pour l’espace urbain." (Extrait du rapport au Conseil municipal du 30/09/2010)

À lire aussi, un article du Républicain Lorrain : M.-O. C., "Le Montage rapide du carrosse de Veilhan", 18/11/2010

01:46 Écrit par kl loth dans art public, formes & couleurs, Metz encore | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : carrose, veilhan, scultpure, art contemporain, art public, grande roue |

jeudi, 27 janvier 2011

RIP Dennis Oppenheim !

Dennis Oppenheim occupait une place importante dans l'histoire de l'art des États-Unis. Il a été parmi les pionniers de plusieurs formes d'expression : land art, body art, art conceptuel…
Je l'avais cité ici à plusieurs reprises car il était l'auteur de séries de Safety Cones géants.
Il est décédé le 22 janvier 2011 à l'âge de 72 ans. Déjà !

À voir ou à revoir donc :
— 
Be the first one ! (Dennis Oppenheim versus Lilian Bourgeat)
— 
À décoiffer les cônes…

— et beaucoup de photos d'œuvres

dimanche, 02 janvier 2011

Pas de trêve des confiseurs pour Monsieur Bouton ! (by Michel Jeannès)

MBarticleIerjanv11.jpg

(envoyé par Michel Jeannès)

cliquer sur l'image pour pouvoir lire l'article en plus grand, ou consulter le site du Progrès

jeudi, 30 décembre 2010

Bocca Di Ombra

De nuit, sans éclairage, la Fontaine des Géants, d'Anne et Patrick Poirier à Villeurbanne, devient étrange…

bocca-di-ombra.jpg

photo © kl loth 2010

Cf. sur Daily Life, "La Fontaine des Géants (A. et P. Poirier)".

vendredi, 24 décembre 2010

Le cône de Noël !

La sculpture cône de chantier de Lilian Bourgeat sous la neige…

SnowCone-1.jpg

SnowCone-2.jpg

SnowCone-3.jpg

SnowCone-4.jpg

sculpture de Lilian Bourgeat
photos © kl loth 2010

lundi, 22 novembre 2010

En savoir plus sur le Cône de chantier de Lilian Bourgeat

cone-de-chantier-1.jpgLe site Doc'INSA donne quelques informations concernant le cône de chantier géant créé par l'artiste Lilian Bourgeat pour les abords de la bibliothèque Marie Curie sise sur le campus de La Doua à Lyon-Villeurbanne.

Il s'agit bien d'un "1% artistique", comme je le supposais. Le budget en a été de 60.000 € (étude, réalisation, rémunération de l'artiste, installation).

Un petit diaporama documente l'érection de la chose…

À voir ICI.
(page du site Doc'INSA mise à jour le 20 octobre 2010, et consultée le 21) 

00:29 Écrit par kl loth dans art public, formes & couleurs, Lübecker Hütchen | Lien permanent | Commentaires (0) |

dimanche, 14 novembre 2010

À décoiffer les cônes…

Dennis Oppenheim, l'artiste, et Jan Hoet… dont le patronyme, évoque le "chapeau", "hoed" en néerlandais !
(le "oe" se prononce comme le français "ou")

ENJOY !

mardi, 09 novembre 2010

Projections années zéro (Jean-Charles Massera)

Affiches de Jean-Charles Massera dans l'espace public de Villeurbanne du 03 au 09 novembre 2010, dans le cadre de l'exposition Kiss My Mondialisation à l'Institut d'Art Contemporain :

Massera-1.jpg Massera-2.jpg Massera-3.jpg Massera-4.jpg Massera-5.jpg

Jean-Charles Massera est un auteur "multi-support" (livres, photos, vidéos, pièces sonores etc.), qui interroge la langue et le réel.
J'avais déjà parlé il y a quelques semaines d'un travail d'affichage réalisé en Moselle suite à une résidence sur place et des rencontres.

Cette fois-ci il s'agit de Projections année zéro, un travail proposé pour l'espace public de Villeurbanne.
J'ai découvert ces affiches par hasard, ayant reconnu sur l'une d'elles le visage de l'artiste. Elles sont énigmatiques, sans indication ni de l'auteur, ni de la structure partenaire (l'Institut d'Art Contemporain à Villeurbanne).
Je ne sais pas comment les perçoivent les passants, ni même s'ils les remarquent… Les sollicitations publicitaires sont pléthoriques, le harcèlement consumériste amène à se protéger par l'indifférence. Il faut alors avoir un œil exercé pour remarquer ces images aux textes décalés ; et les apprécier. 
C'est dommage.

photos et article © kl loth 2010

jeudi, 28 octobre 2010

Adieu Dragon !

1488955618.jpgLe Dragon de Nikki de Saint-Phalle, installé depuis quelques mois devant la gare de Metz, a fini par repartir ce matin.
Habillé depuis la veille au soir d'une redingote (= riding coat) blanche, il s'en va, juché sur le même camion qu'il avait emprunté à l'aller.
Je n'aurais jamais pensé que j'aurai un tel coup de cafard pour une sculpture !
Pourtant, on se reverra peut être un jour, qui sait ?

Dragon-1.jpg

Dragon-2.jpg


© kl loth 2010

 

Dragon-titre.jpg

 

samedi, 16 octobre 2010

"Yes, nous pouvons!" (Jean-Charles Masséra)

Je connaissais de Jean-Charles Masséra, écrivain et critique d'art, plusieurs livres où les paroles, les discours de notre contemporanéité révèlent leur emphase et leur absurdité (Amour, gloire et CAC 40, par exemple).

L'IAC - institut d'art contemporain de Villeurbanne lui consacre plusieurs salles d'exposition, où l'on peut découvrir notamment "Yes, nous pouvons !") travail réalisé avec des travailleurs du Val de Fensch (appelation nouvelle de la Vallée de la Fensch), région de Moselle durement éprouvée par la désindustrialisation des dernières décennies.

L'artiste-écrivain a extrait des phrases significatives d'entretiens réalisés sur place, et les a affichées en blanc sur fond rouge sur de grands panneaux disposés dans la région.

C'est particulièrement troublant de pouvoir apprécier comment ce travail s'enracine dans le territoire, s'inscrit dans une région, celle des abords d'Hayange, ville où j'ai moi-même travaillé un an il y a bien longtemps, alors que les sirènes des usines déchiraient lugubrement l'espace pour accompagner les luttes sociales. Pourtant je ne reconnais plus guère les lieux…

On peut mettre ce travail en parallèle avec le Daewoo de François Bon, livre qui explore en profondeur le désastre d'une fermeture d'usine. Dans "Yes, nous pouvons !", les personnes qui s'expriment sont en position plus dynamique, et mettent souvent en avant les relations humaines. L'affichage des "sentences" dans la ville et le milieu péri-urbain les valorise, autant qu'il les met en tension avec l'environnement, qui a parfois quelque chose d'un peu désert, abandonné.

Il y a aussi une satisfaction à voir comment les choses ont évolué en Lorraine, et que la ténacité de plusieurs défenseurs de l'art contemporain a permis à celui-ci d'y être présent.

02:37 Écrit par kl loth dans art public, en revenant de l'expo (de la conf. etc.), rôle et place de l'art | Lien permanent | Commentaires (10) |

samedi, 02 octobre 2010

Téléphone Booth

Et non, je ne photographie pas que des cônes de Lübeck (= de chantier). Je photographie aussi des cabines téléphoniques (ici pendant la Nuit Blanche du 1er octobre à Metz)

telephone-booth.jpg

© kl loth 2010


Précision (a posteriori : 06/10/10) : il s'agit en fait d'une des Cabines Polyscéniques de :

cabines-polysceniques.jpg

(extrait du catalogue de la Nuit Blanche)